Démocratie et environnement : la Mairie à l’encontre de ses principes

Mardi 14 février, lors du forum « Vélo et emploi » organisé par la Fédération des Usagers de la Bicyclette et la Recyclerie Sportive, le Maire de Massy avait affirmé son attachement au développement des mobilités douces et actives, notamment par la construction d’infrastructures et la sécurisation des cyclistes. Pour des raisons de santé, d’environnement, de qualité de vie, il a témoigné d’une volonté de favoriser un mode de déplacement vertueux. L’économiste Frédéric Héran avait alors reconnu avec admiration que « peu d’élus parlent ainsi du vélo ».

Nous avons donc été surpris lorsque nous avons appris que la Mairie de Massy avait rejoint quelques dizaines d’autres communes franciliennes pour annuler la décision de piétoniser les berges de la Seine à Paris. La surprise a été encore plus grande lorsque nous avons découvert que ni les élu.e.s, et encore moins les habitant.e.s de la ville avaient été consulté.e.s à ce sujet. Au nom des habitant.e.s et d’une supposée rivalité Paris-banlieue – nous n’osons croire à une pratique uniquement motivée pour des raisons politiques –, le Maire est revenu en catimini sur son discours, ses principes et de nombreuses actions menées.

Comment croire la majorité municipale lorsqu’elle parle de démocratie locale, et, qu’en même temps elle va au tribunal au nom de ses habitants sans les informer, ni consulter leurs représentants ? Lorsqu’elle s’attaque à une décision portée par un an et demi de concertation ?

Comment croire la majorité municipale lorsqu’elle parle d’environnement et vante son Agenda 21 alors qu’elle s’oppose à des mesures permettant au cœur de Paris de mieux respirer ?

N’oublions pas que 40 000 personnes meurent chaque année à cause de la pollution atmosphérique, 10 000 à cause de la pollution sonore, sans compter les nombreux cas d’asthme par exemple. Rappelons également que la moitié de la superficie est aujourd’hui utilisée par et pour la voiture, autant d’espaces en moins pour les logements ou les parcs.

Massy est reliée à Paris par 2 lignes de RER et 3 stations, et est au cœur du Grand Paris Express. Il est donc regrettable que la majorité municipale s’associe à une fronde de villes de banlieues promouvant la voiture.

Alors que la majorité municipale cède depuis plus de vingt ans des pans entiers de notre ville à des promoteurs privés sans organiser une circulation devenue chaotique, Paris a fait le choix de rendre aux parisiens les berges de la Seine, accompagnant ainsi le déclin organisé de la voiture à Paris par la proposition d’alternatives : pistes cyclables, Vélib’, Autolib’, primes à l’achat d’un vélo électrique, refonte de la carte des bus… La gestion de la ville de Massy, ce n’est pas du « bon sens », c’est le résultat de choix politiques libéraux et dépassés.

 

Nous avons posé la question au Maire en Conseil Municipal, voici le lien vidéo du débat et des explications

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *